Cabinet de Psychosomatique Corinne Vera
L'esprit & le corps, approche intégrative
 

Psychothérapies - Psychosomatique analytique  - Médiation corporelle - Avignon Bollène - Ligne

Cabinet de psychosomatique relationnelle à Avignon Bollène (84) et Ligne

Le travail thérapeutique en psychosomatique : angoisse, impasse, esprit et corps

La somatisation, c'est lorsqu'un problème psychique devient physique.

L'angoisse est au coeur de l'expérience de vie et un affect fondamental en psychanalyse et psychosomatique. L'angoisse est à considérer comme ce qui met l'être humain en danger. La proximité angoisse et corps commence dès la naissance et même dans la vie intra-utérine.

L'angoisse archaique et organisation progressive du pare-excitation

L'angoisse existe au plus près du corps dans une installation pendant une période précoce du développement en période archaique.

Melanie Klein (chapitres 8 et 9 de développement de la Pschychanalyse, PUF, 2004)  évoque un danger interne menaçant pour le moi fragile et non encore maturé, "siège de l'angoisse",  et reconnait l'existence de premiers fantasmes inconscients sur le mode hallucinatoire dans le fonctionnement émotionnel primitif, lors des premières phases du développement. La pulsion de mort est la première case de l'angoisse. Cette phase archaique est associée au narcissisme primaire, construction psychotique lors de laquelle « l’appareil à penser les pensées » (W. R. Bion, 1962) est attaquée par la pulsion, hors réflexivité et subjectivité. La fonction réflexive est celle qui permet de penser les pensées (Roussillon; Anzieu).

L' angoisse est reliée avec Spitz comme étant liée au processus de la séparation. 

Avec le second organisateur psychique de Spitz,  l'angoisse du 8ème mois (la « peur de l'étranger ») montre le principe de reconnaissance de soi et de l'autre, essentiel avant de pouvoir dire "non" et s'affirmer face à autrui lors du troisième organisateur.

Il place la capacité à la séparation comme une aptitude psychique, rejoignant ainsi Winnicott qui évoque la "capacité d'être seul" comme un stade positif de maturation psychique.

Pour pouvoir être seul, il faut avoir été accompagné suffisamment lors des stades des agonies primitives.

Ce holding qui est l'art de porter, relève de la préoccupation maternelle primaire et l'importance de la fonction maternante, fonction alpha chez Bion et enveloppe contenante du psychisme. On retrouvera cette notion de contenance psychique avec D. Anzieu.

 

L'angoisse, d'un point de vue économique et dynamique du psychisme

Freud dans Inhibition, symptôme et angoisse (Freud, 1926) pose l'angoisse en terme économique. Angoisse, débordement pulsionnel avec Freud, décharge de la pulsion, (prenant sa source dans le corps) dans le Moi de la libido non métabolisée. Il s'agit d'un échec du processus soma-psyché et d'une angoisse traumatique.

Freud indique aussi l'existence d'une angoisse de type névrotique, sous forme dynamique où les forces s'organisent entre elles pour apaiser les tensions et où c'est "la représentation qui subit le refoulement, qui est éventuellement déformée jusqu'à être méconnaissable ; mais son quantum d’affect est régulièrement transformé en angoisse et ceci quel que soit sa nature, agression ou amour». « C'est l'angoisse, qui produit le refoulement et non, comme nous le pensions, l'inverse, et une situation pulsionnelle redoutée remonte, au fond, à une situation de danger extérieur » (Freud, S., Conférence 32, Angoisse et vie pulsionnelle (1933), in Nouvelles conférences d’introduction à la psychanalyse, Paris, Editions Gallimard, NRF, 1984, p.114 et 121).

« Le développement d’angoisse est antérieur, la formation du symptôme postérieure, comme, dit-il, ... si les symptômes étaient créés pour éviter l’irruption d’angoisse» (Ibid).

L' angoisse et les mécanismes de défense du psychisme

Le psychisme possèdes des organisations défensives puissantes qui nous permettent de faire face au stress, dangers, traumatismes et conflits. Ils peuvent être salutaires ou bien parfois pathologiques et adaptatifs.

Les mécanismes de défense permettent de se protéger d'émotions trop anxiogènes, notamment dans le cadre de deuil ou de traumatisme (harcèlement, maladie, accident, etc). 

Ces mécanismes de défense ont un rôle de protection et maintien du psychisme.

La somatisation peut être vue comme un mécanisme de défense avec le "déplacement" de l'angoisse dans le corps.

L'impasse

LA DESORGANISATION PROGRESSIVE DU PSYCHISME

PEUT SE POURSUIVRE DANS LE SOMA,

affectant en écho les organes en touchant alors le système nerveux central, 

puis le système immunitaire puis génétique.

Apaiser les tensions psychiques et corporels

Le système central nerveux autonome met en place des stratégies  : gérés par le cerveau et orchestré par le système limbique, le système sympathique et parasympathique régulent les stimuli qui impactent le corps. Ils agissent sur les organes (le premier augmentant la pression artérielle et cardiaque, la glycémie et l'énergie et l'autre induisant un effet calmant), gérant ainsi les émotions.

Face au stress, l'organisme libère du cortisol, hormone et neurotransmetteur fabriqué dans les glandes surrénales ainsi que de l'adrénaline. Leur sécrétion excessive est dommageable, créant de dysfonctionnements.

La relaxation va reprendre le système de gestion des émotions. 

Plusieurs techniques existent.

Rêve

Emotion

Affect

Impasse

Symbolisation

Corps

Limites corporelles

Espace

Temps

Relation

Savez vous qu'un facteur de stress important est du lié à la mauvaise gestion du temps?  Un stress fréquent sollicite trop l'organisme.

Réalisation & référencement Simplébo   |   Ce site a été créé grâce à Psychologue.fr

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.